info@danslenclave.ca
Canadiens

Canadien : Bilan 2/4 de saison

386Views

Le Canadien vient de jouer son 28e match de la saison. Ce qui signifie qu’il vient de franchir la barre de la mi-saison. Comme je l’avais fait lors du 1er 1/4 de saison, voici un portrait des joueurs qui ont mieux et moins bien performé au cours du 2e ¼ de saison.

Première constatation, les performances du Canadien sont en dents-de-scie. C’est tout ou rien. Soit le CH domine, soit il y a aucun effort collectif. Deuxième constatation, le Tricole n’est pas capable d’arracher la victoire en prolongation/tir de barrage. En effet, le CH a un dossier négatif de 7 défaites et aucune victoire en surtemps.

Des nouveaux visages

Entre le 1er et le 2e ¼ de saison, le Canadien a fait un ménage derrière le banc des joueurs. En effet, Claude Julien et Kurk Muller ont été congédiés, alors que Dominique Ducharme a été promu entraîneur-chef et Alex Burrows est arrivé de Laval pour lui prêter main forte. Un peu plus tard, Stéphane Waite a été relevé de ses fonctions d’entraîneur des gardiens de but. Il a été remplacé par Sean Burke et Marco Marciano est sur la glace avec les gardiens.

Ceux qui échouent le 2e bulletin

Certains joueurs ont connu des ratés depuis quelques temps. C’est notamment le cas de Brett Kulak, Tomas Tatar, Victor Mete, Ben Chiarot et Paul Byron.

  • Brett Kulak : Comme ce fut le cas lors du premier bilan, Brett Kulak n’a pas réussi à corriger ses lacunes. Par moment, le défenseur semble perdu sur la glace et multiplie les mauvaises décisions dans sa zone.
  • Tomas Tatar : Tomas Tatar est un joueur de finesse, mais lorsqu’il ne marque pas, il ne sert pas à grand-chose. Malgré quelques bons ‘’flashs’’, il reste discret. Le Slovaque essaie d’en faire trop et il finit par perdre le contrôle de la rondelle.
  • Victor Mete : Si lors de mon premier bulletin Mete n’avait pas reçu d’évaluation en raison de son manque de parties jouées, cette fois-ci il obtient un échec. Pas assez responsable dans son territoire, il ne réussit pas à compenser par un apport offensif. Alors quelle est son utilité ?
  • Ben Chiarot : Depuis le début de la campagne, Chiarot multiplie les mauvaises punitions coûteuses et inutiles. Parlant d’inutilité, son combat face à J.T Miller n’était vraiment pas nécessaire, surtout qu’il s’est blessé après la bataille et sa saison est terminée.
  • Paul Byron : Son arme de prédilection a toujours été sa vitesse. Une vitesse qui semble avoir perdu de son éclat cette année. Byron est passé deux fois par le ballotage sans être réclamé.

Les premiers de classe

Maintenant place aux joueurs qui se sont illustrés. Tyler Toffoli, Josh Anderson, Brendan Gallagher, Jonathan Drouin, Carey Price, Joël Edmundson, Jake Allen, Jesperi Kotkaniemi, Jeff Petry, Corey Perry. Ces joueurs sont ceux qui ont été au cœur des succès du CH.

  • Tyler Toffoli : Toffoli est tout feu tout flamme depuis le début. Au moment d’écrire ces lignes, il est le 2e meilleur marqueur de la LNH avec une récolte de 17 buts en 28 matchs. Il provoque des revirements et il marque des buts importants.
  • Josh Anderson : C’est quand qu’on remarque le plus Anderson ? C’est quand il n’est pas là. Quand il est blessé, c’est un joueur qui manque cruellement au CH et on s’en ennuie. L’ancien des Jackets apporte une dimension immense à l’attaque du Canadien par sa puissance et sa capacité à foncer au filet.
  • Brendan Gallagher : Gallagher est toujours le cœur de l’équipe par son éthique de travail et son intensité. Il est toujours devant le gardien à déranger et à récupérer les retours de lancés.
  • Jonathan Drouin : Drouin semble adorer jouer sous les ordres de Dominique Ducharme. Le Québécois se présente dans les coins et sur le long des bandes. Il gagne ses courses à la rondelle et il dicte bien le jeu. Il est un joueur transformé et il est maintenant un leader dans l’équipe.
  • Carey Price : Après un début de saison ordinaire, Carey Price revient à la norme. Depuis que le Canadien a fait des changements derrière le banc, Price donne environ 1 but par match à ses adversaires et un pourcentage d’efficacité de 0,956%. Il est de nouveau calme devant son but et il donne confiance à ses coéquipiers.
  • Joël Edmundson : Edmundson est le meneur de la ligue dans les +- avec un différentiel de +27. Il stabilise très bien une paire en compagnie de Jeff Petry. Il défend bien son gardien et il se met rarement dans le pétrin.
  • Jake Allen : On en parle depuis le début de la saison, Allen donne des options au CH. Il donne du repos à Carey Price et le Canadien n’a pas à avoir peur lorsqu’il est devant le filet. Il se bat jusqu’à la fin et il est très constant depuis le lancement de la campagne.
  • Jesperi Kotkaniemi : Kotkaniemi semblait quelque peu perdu sous les ordres de Claude Julien. L’arrivée de Ducharme semble lui avoir donné des ailes. KK remporte de plus-en-plus ses mises-au-jeu et il fait ses responsabilités de joueur de centre. Progressivement, il met des points au tableau et il joue avec confiance.
  • Jeff Petry : Jeff Petry est vraiment passé à un niveau supérieur cette saison. En plus d’être très offensif, il est maintenant rendu responsable dans sa zone et il fait moins de revirement que par le passé.
  • Corey Perry : Perry continue d’amener du leadership. Il est toujours bien positionné en avantage numérique et il produit selon les attentes.

Ceux qui passent de justesse

Pour certains joueurs, ils ne font pas mal, mais ils pourraient contribuer un peu plus aux succès de l’équipe. C’est le cas pour Artturi Lehkonen, Phillip Danault, Jake Evans, Nick Suzuki, Alexander Romanov et Shea Weber.

  • Artturi Lehkonen : Lehkonen a fait du désavantage numérique sa marque de commerce. En début de saison, il brisait des jeux et créait des occasions. Malheureusement, il a ralenti la cadence depuis un moment, lui méritant même une visite sur la passerelle des médias. Néanmoins, Il ne nuit pas à l’équipe quand il joue, il a juste à retrouver ses repères.
  • Phillip Danault : Danault a enfin marqué un but qu’il cherchait depuis plus d’un an! Phillip Danault est le seul joueur de centre d’expérience dans l’alignement du Canadien. Par les temps qui courent, il reprend ses aises mais il se doit d’être plus constant et d’être un peu plus souvent sur la feuille de pointage. Le Québécois doit gérer le fait de laisser sa place sur le top6 aux jeunes ainsi qu’un contrat à re-négocier. Toutefois, Il reste maître dans l’art de contenir les meilleurs joueurs adverses.
  • Jake Evans : Evans joue avec Lehkonen depuis le début de la saison et les deux sont complices. Si Evans recevait des fleurs en levée de rideau, son niveau de jeu a baissé d’un cran, notamment au cercle des mises-au-jeu alors que sa moyenne est descendue en sous le 30%.
  • Nick Suzuki : Suzuki a commencé la campagne sur les chapeaux de roue avec une séquence de 7 matchs avec au moins un point et une moyenne d’un point par match pour les 12 premières parties. Rien d’inquiétant, mais il semble traverser une séquence plus creuse ces temps-ci.
  • Alexander Romanov : Un autre qui semble bénéficier du changement d’entraîneur. Depuis l’arrivée de Ducharme, on voit Romanov circuler plus aisément le long de la ligne bleue et tenter des jeux en zone offensive. Par contre, il a tendance à jouer avec le feu dans son territoire, ce qui crée des revirements francs qui profitent à l’adversaire.
  • Shea Weber : Le capitaine offre encore de grosses minutes au CH face aux meilleures lignes adverses. Malheureusement, on constate que le jeu devient de plus-en-plus rapide et Weber devient parfois vulnérable face aux joueurs ultra-rapides. Reste que son apport demeure essentiel aux succès du Tricolore.

*** Xavier Ouellet ne reçoit pas de note car il n’a pas disputé assez de parties.

Note globale par position

Attaque :
Capable du meilleur comme du pire. Quand l’effort est là, le Canadien peut être une menace offensive avec ses 3 trios équilibrés. Malheureusement, quand les joueurs reçoivent de la pression de la part de l’adversaire, ils ont de la misère à acheter un but.
B
Défense :
Si le Canadien possède une bonne production offensive de la part de ses défenseurs, c’est une toute autre histoire dans la zone défensive. Trop souvent les arrières Montréalais sont coincés dans leur territoire sans être capable d’en sortir, ce qui permet aux équipes adverses de s’installer confortablement. Aussi, un manque de communication entre les défenseurs qui se retrouvent à deux sur le même attaquant et qui laissent l’espace libre pour un tir dangereux.
B-
Gardien :
Si Carey Price a eu des ratés en début de saison, c’est maintenant chose du passé. Price est le meilleur gardien depuis le mois de mars. Jake Allen pour sa part reste constant depuis le début. À part quelques exception, rarement le gardien a été le responsable d’une défaite du CH depuis le 2e ¼ de saison.
A

Unités spéciales

  • Avantage numérique : Un départ canon qui a eu une baisse de régime significative par la suite. Mais depuis l’arrivée de Alex Burrows à la tête de celui-ci, il recommence à fonctionner et amène environ un but par match.
  • Désavantage numérique : Lui aussi a connu un départ canon alors qu’on trouvait même le moyen de marquer dans cette situation de jeu. Bien sûr le CH ne pouvait pas tenir une telle cadence toute la saison. Un peu moins efficace, mais il n’est pas catastrophique et on se défend relativement bien à cours d’un homme. Malheureusement, le Tricolore perd du rythme quand il se prend un but en désavantage numérique.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.