info@danslenclave.ca
Hockey MineurHockey Québec

Hockey Mineur : Saison annulée pour les équipes simple lettre (A-B-C) ?

2.22KViews

Coup de tonnerre aujourd’hui dans le monde du hockey mineur québécois, nous apprenons qu’une association de hockey mineur, Hockey Boucherville, a acheminé une lettre officielle à ses membres le 15 décembre dernier pour annoncer l’annulation de la saison 20-21 du hockey récréatif (simple lettre).

Voici l’article de Radio-Canada sur le sujet :

https://ici.radio-canada.ca/sports/1758239/hockey-boucherville-cree-precedent-annulant-saison-equipes-recreatives

Voici la lettre officielle tirée du site internet de l’organisation en question :

https://www.hockeyboucherville.ca/fr/page/annulation_des_activites_saison_2020-2021.html

Une décision réfléchie ou un moyen de pression :

La question qu’on peut se poser actuellement : Est-ce un moyen de pression envers les règles sanitaires imposées par le gouvernement ou est-ce une décision réfléchie ?

Tout porte à croire que la décision est réfléchie et calculée. L’explication donnée dans le communiqué est claire et précise. Avec la situation actuelle, arrêt minimum jusqu’au 11 janvier, il sera impossible de tenir des camps d’évaluation, une période de formation d’équipes équilibrées et d’organiser des matchs pour les semaines restantes. Donc, nous annulons la saison 2020-2021 pour les équipes A-B-C. Les joueurs ayant été sélectionnés pour le double lettre et le AAA ne sont, pour le moment, pas touchés par cette décision. On y comprend que la période d’évaluation était soit complétée ou en voie de l’être pour ces derniers.

Réaction de Hockey Québec :

La réaction de Hockey Québec ne s’est pas fait attendre, une réunion impliquant la ville de Boucherville, Hockey Richelieu et Hockey Boucherville aura lieu prochainement. À première vue, cette réaction semble être la bonne, mais creusons un peu plus.

La plupart des associations de hockey mineur du Québec ne fonctionnent qu’à l’aide de bénévoles. Très peu ont le luxe d’avoir des employés qui y dédient la majorité de leur temps de façon hebdomadaire. Il est donc plutôt normal que des bénévoles, sur la première ligne, qui reçoivent les plaintes et doléances des parents quotidiennement soient assez rapides sur la gâchette pour annuler les activités en cette période trouble. Ces gens ont assurément, comme tous les québécois, beaucoup de choses à gérer actuellement, on ne peut donc pas les blâmer.

Comment aurions-nous pu éviter cette situation ?

Hockey Québec, depuis le début de la crise, est en mode réaction. Notre fédération attend que le gouvernement prenne position (si ce n’est que d’une lettre ouverte plaidant pour le retour du hockey) avant de réagir à coups de communiqués. Ce mode réactif fait en sorte de laisser les associations et les régions gérer les problématiques seules, de façon isolée. Selon nos sources, aucune rencontre d’informations ou de prise de besoins n’a eu lieu depuis plusieurs mois maintenant. Chaque région, chaque ville et chaque association de hockey mineur au Québec vie dans une réalité complètement différente et est isolée comme jamais auparavant.

La proactivité de la fédération souhaitée :

Hockey Québec aurait dû, au minimum, organiser des rencontres d’informations avec les régions, prendre les besoins de chacun et ensuite tenter de trouver des alternatives afin d’éviter la situation connue aujourd’hui. Des rencontres impliquant les associations pour connaître leurs défis actuels et leurs réalités auraient dû également avoir lieu. À la suite de ces rencontres, Hockey Québec aurait pu proposer différents scénarios avant d’en arriver à l’annulation, du genre : trucs, conseils et suggestions. Des évaluations rapides sur un weekend par des séances réduites à 30-40 minutes. Une formation d’équipes en tenant compte du niveau de jeu des joueurs l’an dernier. Des exemples de calendriers de 12, 15 ou 18 matchs. Des façons d’optimiser les glaces en bulles de 8,9 ou 10 joueurs, bref tout ce qui aurait pu aider et retirer un peu de pression sur des bénévoles au grand cœur.

La fédération aurait aussi pu offrir de participer à des réunions virtuelles ou des appels conférences pour accompagner les associations dans leurs échanges avec les municipalités, ligues, ou régions. En laissant les associations à elles-mêmes, il se produit une annonce dramatique comme celle du 15 décembre dernier à Boucherville.

Hockey Québec est sans doute très occupé à gérer la crise interne qui le frappe de plein fouet, la gestion contestée du directeur général actuel, mais il est difficile de croire qu’un peu plus de communications et de proactivité étaient impossibles à mettre en place, le hockey est arrêté depuis plusieurs semaines déjà.

Triste, très triste !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.