info@danslenclave.ca
Hockey Mineur

Hockey Québec : si la décentralisation était la solution ?

2.32KViews

Une chronique percutante de Martin Leclerc de Radio-Canada ayant comme titre « Rien ne va plus à Hockey Québec » a eu l’effet d’une bombe ce matin. La réaction de la deuxième plus grande fédération sportive au Québec ne s’est pas faite attendre. Un comité indépendant a été mis sur pied pour enquêter sur les relations de travail à l’interne.

Voir les liens ci-bas :

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1753603/martin-leclerc-hockey-quebec-paul-menard-rien-ne-va-plus

https://www.hockey.qc.ca/fr/publication/nouvelle/hockey_quebec_met_en_place_un_comite_independant_pour_enqueter_sur_les_relations_de_travail.html

Nous apprenons que des ex-employés ainsi que du personnel actuel dénoncent un climat de travail malsain, une microgestion de la part de la direction générale, des tensions palpables et même la formation de clans internes divisant les troupes.

Le comité créé pour enquêter aura comme mandat d’évaluer les relations de travail à l’interne, mais est-ce vraiment la solution à long terme pour notre fédération ? Même si ces dites relations s’amélioraient, est-ce que les plus grands enjeux seraient réglés ?

La distance avec ses membres

Depuis plusieurs années maintenant, nous constatons que les décideurs de Hockey Québec gèrent le sport à distance. À trop peu de moments, avons-nous constaté la présence des dirigeants sur le terrain, près de la glace et près des joueurs. Outre les relations de travail à l’interne, Hockey Québec, par la centralisation montréalaise de ses dirigeants, experts et employés s’éloigne de ses régions, de ses associations et par le fait même de ses membres.

À plusieurs reprises, des membres de différentes régions ont vécu des moments embarrassants lors de réunions officielles avec Hockey Québec. Parfois, des responsables de la fédération ne savaient même pas dans quelle région du Québec se situaient des associations de hockey mineur, d’autres fois les gens de Hockey Québec étaient surpris d’apprendre que 200 kilomètres séparaient des associations d’une même région. Pire encore, un membre de la région de Québec, notre Capitale Nationale, s’est même fait répondre par un responsable de Hockey Québec, à qui il demandait une rencontre en personne, qu’il était plutôt rare que des réunions officielles se tiennent en « région éloignée ». Vous avez bien lu, la région de Québec était alors considérée comme une région éloignée, incroyable!

Lors de différentes rencontres d’experts et de spécialistes où des projets de Hockey Québec étaient pensés et développés, un silence lourd de sens se produisait lorsque la question suivante était posée ; Combien de matchs de hockey mineur avez-vous vu cette année ? Et dans combien de régions ?

La distance avec les membres, les joueurs et la glace est un immense problème qui perdure chez Hockey Québec. En 2020, les nouvelles technologies permettent désormais de travailler en équipe et ce, peu importe l’endroit où nous nous retrouvons au Québec.

La décentralisation comme solution

La décentralisation, par définition, consiste à transférer certains pouvoirs vers des paliers locaux permettant une meilleure proximité avec sa base. Comptant une vingtaine d’employés, Hockey Québec pourrait modifier sa structure organisationnelle en conservant une dizaine de personnes dans ses bureaux de Montréal et en plaçant ou en choisissant une autre dizaine de membres de son personnel à répartir dans chaque région du Québec. Les régions pourraient alors accueillir un employé provincial dans leurs bureaux ce qui améliorerait considérablement la compréhension des dossiers, la collaboration avec la fédération provinciale et surtout l’expertise sur chaque territoire.

Autre grand avantage, la possibilité d’embaucher des spécialistes de partout au Québec, car actuellement, un employé de Hockey Québec doit absolument vivre dans la région de Montréal s’il veut y travailler. Disons que la capacité d’accueillir et d’attirer les meilleurs stratèges hockey du Québec serait considérablement améliorée.

Deux phénomènes grandissants dans plusieurs organisations sportives de la province, la microgestion et le processus décisionnel en vase clos seraient presqu’éliminés avec cette décentralisation. Enfin, les régions seraient impliquées au quotidien dans les orientations stratégiques et pourraient faire valoir leur point de vue en amont plutôt qu’en aval.

La compétence en cause ?

Malgré les critiques provenant de partout, sachez que la compétence des gens travaillant à Hockey Québec n’est pas en cause. Ils sont motivés et passionnés, mais ils sont aussi prisonniers d’un système de gestion conservateur et archaïque empêchant un développement rapide du hockey mineur. La phrase « Hockey Québec c’est un gros bateau, c’est long à faire changer de direction un gros bateau » a été maintes fois utilisée aux cours des dernières années.

La satisfaction de la clientèle

Dans n’importe quel type d’entreprise, la satisfaction de la clientèle est primordiale. La rétention et le recrutement de clients (joueurs) est en relation directe avec cette satisfaction. Quelle approche sera préconisée par la fédération de notre sport national ? Est-ce possible de profiter de l’arrêt forcé des activités afin de se renouveler, de se réinventer ? Est-ce que le joueur redeviendra l’élément central de toutes les prises de décisions ?

Espérons que cette histoire permettra à Hockey Québec de faire preuve d’humilité et de reconnaître qu’un changement de cap est nécessaire, non pas pour satisfaire l’égo ou la soif de vengeance de certaines personnes, mais plutôt par respect pour les joueurs actuels et futurs…

2 commentaires

  • Les dirigeants de hockey sont payé s a gros salaire quand c est même pas eux qui font rouler le hockey. Ce sont des bénévoles qui ce donnent corps et âme pour faire marcher cette fédération. Ce sport est rendu une business pour les écoles et les associations.
    On trouve tellement de nouvelles catégories pour faire de l argent que se sont même oas les meilleurs joueurs qui jouent dans les meilleurs niveaux. Le calibre ne reflète pas les AAA majeur et mineur.
    Tes parents ont de l argent, parfait tu fait le club.
    Bien content d être sorti de ce monde de fou et de lichage.

  • J’ai parlé avec une des têtes dirigeantes de Hockey Québec l’automne passé (2019) pour une problématique que nous avions en Mauricie. Je suis ressorti «flabergasté» de la discussion que j’ai eu. D’abord, mon interlocuteur était d’une arrogance sans nom je dirais même carrément baveux. Dans l’ensemble des discussions que j’ai eux avec ce type savez-vous quelle note sur 100 je lui donne pour son intérêt pour le bien être des les jeunes joueurs de hockey? Sans exagération… 10/100. J’ai compris ce jour là qu’il y avait de gros problèmes dans cette organisation. Ça sentait tellement le «power trip» alors qu’ils sont supposé être là pour les jeunes…. De lire que tout est tout croche dans cette organisation est tout sauf une surprise pour moi.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.